11/05/2009

Venez me voir sur mon site

http://georges-roland-auteur.wifeo.com

On peut y lire des extraits de mes livres, en format pdf, commander des livres, connaître les dernières nouvelles de l'auteur, voir les personnages de mes Marolles, et même lire un texte en bruxellois, sur la page Poepa en Moema.

Chaque livre commandé via ce site sera envoyé avec une dédicace de l'auteur, et un marque-page illustré par Bernadette NEF.

 

C'est le Brol aux Marolles, roman bruxellois

BROL1
ISBN 978-2-9600805-2-0

Il coûte 14.50€ envoi par la poste compris.

 

14:42 Écrit par Georges ROLAND, auteur belge ind dans Web | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : polar, zwanze, humour, roman, brusseleir |  Facebook |

08/11/2008

AMAÏ! C'EST LE BROL aux MAROLLES!

BROL1
   Le dernier roman de Georges Roland

	Ça est la première enquête de l'agent Bertrand Dughesclain.

Et je peux te dire que ça va faire monter le tram sur le

trottoir !

Le brol, que je te dis !


Format 15 x 21cm 196p


Prix: 14.50€ franco en Belgique


ISBN: 978-2-9600805-2-0




Ca commence comme ça:


Je m'appelle Roza, car les autres ils m'appellent pas : ils m'attendent.

Ça est juste si ils disent : « Tiens, la rame est là ! ».
C'est par mes galeries de taupe que je roule dans les intestins de la ville.

 Je suis comme un tram qui est descendu à la cave.
    Le matin, il y a un type qui vient me chercher en sifflotant. Il a une mallette

avec son thermos de café au lait et deux tartines beurrées avec du jambon

ou une fricadelle, et avec une gozette aux cerises emballée pour la pause.

Ça, c'est Jef Matras. On l'appelle comme ça car il aime pas de se
lever. Mais il aime pas de se coucher, non plus, c'est pour ça.
   Parfois, c'est Saïd qui vient me chercher, ça dépend des jours.
Lui, il a jamais du jambon dans ses tartines, tu sais, il aime pas.
Il dit comme ça que c'est du  cochon, et que ça se mange pas, 

du cochon. Moi, je suis d'accord : je mange pas ça non plus. Je l'aime bien,

Saïd, car il me cause comme avec sa femme ou avec ses gamins.

 Quand il est gai, il chante des truc dans sa langue.
   Il est vers cinq heures du matin quand ils viennent me chercher. 

C'est chouette en été, parce qu'il y a souvent du soleil, que j'entrevois

par les carreaux du dépôt. Un peu de lumière, ça fait du bien, mais pas

trop longtemps. Moi, je suis contente que dans mon noir. Les longues

périodes où je fonce comme une folle, qu'heureusement il y a mes rails

pour me guider. Et quand au bout du tunnel je vois un peu de clarté,
la station n'est pas loin, et je ralentis. Va pas croire que c'est le conducteur 

qui freine, hein ! C'est moi ! Prends-moi pas pour une idiote !
    Je suis sortie de mes galeries, je me suis assise dans un parc, pour 
regarder. En
stoumelinks1. Virtuellement, hein, comme on dit maintenant,

vous avez compris!
Bien sûr, ils ne me voient pas, quand je les tiens à l'oeil. Ils agissent 

comme si j' étais pas là.
      Au début, j'ai rien vu de fameux. Des crotjes qui viennent froucheler 

avec leur amoureux, des vieux kroums qui lisent leur gazette, ça est pas

ça qui allait me faire du nouveau. Des comme ça, il y en a plein dans

mes rames !
	Et puis ça a commencé. 
      Toute cette histoire, je vous la raconte avec mon bon accent bruxellois, 

que si vous comprenez pas, eh bien : va voir le lexique à la fin du livre, ou

bien venez faire un tour dans les Marolles. Moi, je vais faire un effort pour

causer fransquillon.
       Mais attention, hein ! Ici, il y a  un Angliche, des pisseurs de comptoir, 

un ajoën caché derrière une aubette, des Pitje Schandaul , des moumas avec
leur knelleke
1, amaï! Quel cirque !
_____________________

1 va une fois voir le lexique à la page 195. Et quand tu comprends pas un mot,

tu regardes là et si tu le vois pas eh bien tu oublies. Moi je sais pas à l'avance ce

que toi tu sais pas, hein?





16:47 Écrit par Georges ROLAND, auteur belge ind dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roman policier, bruxelles, bruxellois brusseleir, humour, polar, marolles |  Facebook |